entretien main porcelaine usine terrain3 Isamburg_Hellec

Le laboratoire CITERES et le CETU ETIcS de l'Université François-Rabelais de Tours ont conclu un partenariat avec la Fondation Maison des Sciences de l'Homme (FMSH) et le laboratoire ESCOM-AAR pour la création d'un portail dédié à la mémoire industrielle de la ville de Vierzon. La création de ce portail scientifique est rendu possible grâce au financement  de la Région Centre-Val de Loire, complété par celui de la DRAC Centre-Val de Loire et de la Ville de Vierzon, avec le soutien des Archives départementales du Cher et de Ciclic, l'Agence régionale du Centre-Val de loire pour le livre, l'image et la culture numérique. Ce portail héberge déjà plus d'une centaine d'heures de films permettant de partager la parole d'anciens ouvriers, employés, patrons, représentants syndicaux, d'historiens locaux, mais aussi de professionnels encore en activité. Chacun est interrogé suivant une méthodologie sociologique sur des sujets tels que la trajectoire professionnelle, les compétences et qualifications, l'organisation du travail, les conditions de travail, les relations entre collègues, les rapports avec la hiérarchie, la vie syndicale, la nature de la production, etc.


Pourquoi Vierzon ?

Vierzon peut être considérée comme une ville emblématique de l'évolution industrielle des villes moyennes françaises. Aux XIXe et XXe siècles, elle est un centre industriel important de l'actuelle région Centre-Val de Loire, développant des activités dans des secteurs variés. Son essor industriel est favorisé par la présence du canal de Berry et d'un riche réseau ferroviaire. Au cours du XIXe siècle, de nombreuses usines sont créées dans des domaines industriels variés : la porcelaine, le machinisme agricole, le verre, l'industrie automobile, la confection... C'est aussi à Vierzon que le premier lycée technique de France est fondé.

De nombreuses usines vierzonnaises ont aujourd'hui fermé. Nous avons souhaité partager cette mémoire industrielle encore présente et très vivante à travers la diffusion de témoignages individuels. Ceux-ci viennent enrichir ce travail commencé depuis longtemps, notamment par des associations. 

Travailler sur la mémoire d'une ville comme Vierzon, c'est faire entendre les voix de ces hommes et de ces femmes qui ont pris part au développement industriel, faire résonner les paroles du travail, transmettre des éléments permettant de recréer des ponts entre passé et présent et de tisser des liens entre les générations.

Notre démarche n'a donc pas pour objectif de rendre compte du passé de la ville d'une manière "figée". Il s'agit de lui restituer une dynamique qui l'inscrit pleinement dans le monde contemporain.

En savoir plus sur la ville de Vierzon

L'orientation scientifique du portail

Cette recherche sur la mémoire du travail à Vierzon mobilise les sciences sociales.

La méthodologie employée repose sur le recueil d'entretiens sociologiques semi-directifs filmés. Les témoignages filmés sont particulièrement précieux puisqu'ils saisissent ce qui est de l'ordre de l'indicible ou de la « démonstration gestuée ». L'émotion, la spontanéité de la parole, les pratiques corporelles se donnent à voir avec force.

Les témoignages permettent de restituer les gestes et les postures « incorporés », abandonnés souvent depuis de longues années, d’entendre les savoirs qui n'ont pas été mobilisés ni partagés depuis longtemps, et de faire revivre les collectifs de travail.

Au-delà du témoignage oral, l'entretien peut réactiver la mémoire du corps, la mémoire des opérations mentales (les personnes observent souvent des silences qui leur permettent de se replonger dans la logique de production) et la mémoire des relations sociales (rejaillissent alors les souvenirs heureux et malheureux qui se lisent sur les visages). 

Menée par une équipe de chercheurs en socio-anthropologie, la recherche MEMOVIV s'accompagne d'une dimension réflexive sur la place de l'image dans la construction de la mémoire collective et dans le processus de patrimonialisation de la ville de Vierzon. Une réflexion critique sur l'usage de l'image et la « création mémorielle » s’engage en parallèle de l’expérimentation de la mise en relation des différents matériaux recueillis (témoignages filmés, documents historiques) à travers leur publication en ligne.

Au-delà de l'aspect documentaire lié à l'histoire sociale de la ville, la représentation de la mémoire, l'histoire et la mise en scène de soi dans l'histoire sociale sont interrogées dans cette recherche.

En savoir plus sur les enjeux patrimoniaux de notre recherche

En savoir plus sur notre méthodologie d'enquête

Financeur principal

   

 

Autres financeurs

          logoVIERZON


Partenaires

  logoCHER  logoCICLIC     Fondation Maison des Sciences de l'Homme